colloques à Bruxelles

Colloques à Bruxelles

Colloques bruxellois sur Hegel et l'idéalisme allemand


1. Journée d'étude : la relation chez Hegel (16 mai 2014)
2.Colloque international: Le problème du langage dans le contexte de l'idéalisme allemand (15-16 décembre 2011)
3. Journée d'étude: Hegel et la politique (6 mai 2011)
4. Colloque international : La question de la logique dans l'idéalisme allemand (7-9 avril 2011)



1.  Journée d’étude : La relation chez Hegel (Vendredi 16 Mai 2014)

Université Libre de Bruxelles

Campus du Solbosch

Auditoire K. 4. 601

http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan.html

Synopsis
La journée d’étude, organisée en partenariat avec le groupe de contact de recherches sur Hegel auprès du FNRS (que dirige Jean-Renaud Seba) a pour but d’investiguer le concept de relation chez Hegel et dans le contexte de l’idéalisme allemand.
Si l’on omet l’engouement néopragmatiste pour Hegel – engouement qui ne va pas sans malentendus – il faut dire que la philosophie analytique s’est en grande partie construite contre la philosophie de Hegel. Ce dernier aurait pensé que toutes les choses étaient intrinsèquement connectées et aurait rendu par là impossible une connaissance objective du monde extérieure. Cette critique que Russell applique à Hegel ne fait toutefois que reprendre les griefs qu’il a à l’égard de l’idéalisme anglais. Ces griefs s’expriment exemplairement dans la querelle qui l’oppose à Bradley à propos des relations internes.
Afin de comprendre si dans un tel débat la notion de relation a été pensée dans toute sa mesure, il importe de revenir en amont de Bradley à l’idéalisme allemand et de voir si la conception de la relation qui y est développée n’est pas plus riche qu’on ne l’a fait croire. Une telle façon de faire ne nous permettrait pas seulement d’approfondir notre connaissance de l’idéalisme allemand, elle contribuerait aussi, si notre hypothèse se vérifie, à problématiser l’option prise par la philosophie analytique.
Programme provisoire

Modération : Louis Carré (ULB, FNRS)

9h15: Ouverture. Présentation de la problématique.

9h30 : André Stanguennec* (Université de Nantes) : « Le phénomène comme relation logique essentielle . Sa fécondité interprétative pour quelques autres textes de Hegel et de la pensée allemande avant et après lui ».
10h30 pause-café
10h45 : Marc Peeters (Université Libre de Bruxelles) : Les concepts purs de la relation chez Kant
11h45 : Guillaume Lejeune (Université Libre de Bruxelles) : Hegel défend-t-il une théorie cohérentiste de la vérité ?
12h45 : repas de midi (cantine)

Modération: Quentin Person (FUSL, FNRS)
14h : Gilbert Gérard (Université Catholique de Louvain) : Le rapport absolu comme transition vers le concept
15h : Lu De Vos (KU-Leuven) :  La relation et ses insuffisances (illustrée par la relation absolue)
16h00 : pause-café
16h15 : Louis Carré (FNRS, ULB) : La théorie hégélienne du rapport éthique
17h30 : clôture.


Contact : glejeune@ulb.ac.be

* André Stanguennec, notre invité étranger, est l'auteur de nombreux ouvrages sur la philosophie allemande.
A côté de son ouvrage classique, "Hegel, critique de Kant", on notera, entre autres, ces récents travaux sur la "dialectique réflexive". On trouvera plus généralement un aperçu et une discussion de thèmes propres à sa pensée dans l'ouvrage qui lui est dédié "Herméneutique et Dialectique". Quelques exemplaires de cet ouvrage seront disponibles lors de la journée d'études.



Herméneutique et Dialectique. Hommage à André Stanguennec

Sous la direction de Pierre Billouet - Préface de J-M Lardic
Vendredi 21 Décembre 2012, André StanguennecJean-Marie Lardic

On connaît la problématique du cercle herméneutique : le tout n’est compréhensible qu’à partir du détail qui n’est compréhensible qu’à partir du tout. André Stanguennec cherche à tenir les deux exigences sans céder en rien sur la rigueur du détail ni sur le mouvement dialectique de la totalisation, à partir du sujet de l’action. Son oeuvre vise à se comprendre et à comprendre notre époque à travers ses totalisations éthiques, juridiques, politiques, esthétiques, scientifiques – et bien évidemment philosophiques.
Or l’activité critique possède l’ambition de comprendre le discours tout d’abord aussi bien, puis mieux que son auteur. Ce livre cherche donc à présenter cette philosophie herméneutique et dialectique qui se veut totalement compréhensive ; et à la comprendre avec et contre son auteur. Il provient d’une journée d’étude, organisée en 2010 par J-M. Lardic et P. Billouet à la Maison des Sciences de l’Homme de Nantes, sous la présidence de Bernard Bourgeois, Professeur émérite, (Paris I), Membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques), en hommage à A. Stanguennec, Professeur émérite à l’Université de Nantes.
ISBN : 978-2-296-99811-7 • 154 pages

2. Le problème du langage dans le contexte de l’idéalisme allemand

La question du langage semble à ce point liée à la philosophie contemporaine que l’on a tendance à oublier qu’elle a une longue histoire. Le colloque se centre sur une phase bien particulière de cette histoire, celle de l’idéalisme allemand et de son contexte. A la fin du 18ème siècle, la philosophie de Kant, les événements culturels comme la redécouverte du Sanskrit et l’usage de la langue commune au sein même de la philosophie ont contribués à faire émerger des questions spécifiques eu égard au langage : Dans quelle mesure le langage est-il constitutif de la pensée ? Quelle relation le Moi transcendantal entretient-il avec l’usage empirique du langage ? Comment peut-on lier ensemble le cosmopolitisme de la raison et la diversité culturelle des langues ? La conférence a pour but d’investiguer tant sur un plan historique que sur un plan systématique la question du langage dans son rapport à la pensée et la philosophie telle qu’elle se pose dans le contexte de l’idéalisme allemand.
Organisation :
Marc Peeters (ULB)
Guillaume Lejeune (ULB, FNRS).
Scientific Board.
Christoph Asmuth (TU-Berlin)
Karin de Boer (KU-Leuven)
Lu De Vos (KU-Leuven)
Marc Peeters (ULB)
Jean-Renaud Seba (ULG)
Laurent Van Eynde (FUSL).

Programme
Jeudi 15 décembre 2011.
10h Ouverture
10h30   Michael N. Forster (Chicago) :    Herder's Doctrine of Meaning as Use.
11h30. Pause
11h 45. Lu De Vos (KU-Leuven) :    Logik und Sprache beim späten Hegel.
12h45. repas midi
14h00  Lidia Gasperoni (Berlin) : Die Schemata der Sprache bei Kant und in dessen Nachfolge
15h00  Lucia Ziglioli (Pavia) :   Die Welt als «Reich der Nahmen»: Hegels Kritik des Unaussprechlichen.
16h.15  Michela Bordignon (Padova) : Dialectic and Natural Language: Theories of Vagueness.
Vendredi 16 décembre.
9.15     Claire Pagès (Nanterre, Nancy 2) : Herder ou comment écrire la critique de l’universalisme.
10.15   Raphaël Ehrsam (Paris I) :    La pensée kantienne du langage.
11.15. pause
11.30   Jean-Renaud Seba (Liège): Langage et phénomène selon Kant et selon Hegel.
12.30.   repas midi.
14.00   Denis Thouard (Berlin):   Über Denken und Sprechen - un enjeu de la philosophie idéaliste de Kant à Humboldt.
15.00     Clément Layet  (Clermont-Ferrand) : Hölderlin : la langue produite par la réflexion créatrice.
16.15      François Thomas (Lille):     Schleiermacher : les rapports entre langage et éthique au prisme de la traduction.
17.15      Guillaume Lejeune (Bruxelles) : Hegel et la question des  langues.
Localisation :
Salle du CIERL (ULB- Campus du Solbosch)
Avenue Franklin D. Roosevelt, n°17. 
B-1050 Bruxelles

Accès (transport en commun) :
gare centrale: prendre le bus 71 (direction Delta), arrêt « ULB ».
gare du midi: prendre le tram 3 (direction Churchill), correspondance à Churchill, tram 7 (direction Heysel), arrêt « Cambre-étoile ».
Dates : December 15th-16th  2011
Langages : Deutsch, English, Français.
Remerciements :
Académie universitaire Wallonie-Bruxelles.
Hoger Instituut voor Wijsbegeerte (KU-Leuven).
Centre de recherches en Philosophie (ULB).
Centre d’études sur la religion et la laïcité (ULB).

 

3. Journée d'étude "Hegel et la politique "

(Les actes sont publiés sur le site de la revue mosaïque: http://revuemosaique.net/2011/12/ )

Résumé
Depuis une dizaine d'années, la philosophie politique de Hegel connaît, grâce à une série de travaux importants, un regain d'intérêt certain. Qu'il s'agisse de voir en Hegel un penseur original de l'institution (J.-F. Kervégan), de dégager à partir de lui un modèle critique de diagnostic des pathologies sociales (A. Honneth) ou encore de le mobiliser dans les débats autour de l'autonomie pratique (R. Pippin), ses Principes de la philosophie du droit apparaissent aujourd'hui, malgré les deux siècles qui nous séparent de leur publication, plus que jamais comme d'actualité pour penser la politique dans toute la complexité des dimensions (juridique, morale, éthico-institutionnelle, historique) qui la traversent. La journée d'études organisée à l'Université Libre de Bruxelles le 6 mai 2011 compte résolument s'inscrire dans la lignée de ces diverses tentatives d'actualiser la philosophie hégélienne du droit.
Annonce
Depuis une dizaine d'années, la philosophie politique de Hegel connaît, grâce à une série de travaux importants, un regain d'intérêt certain. Qu'il s'agisse de voir en Hegel un penseur original de l'institution (J.-F. Kervégan), de dégager à partir de lui un modèle critique de diagnostic des pathologies sociales (A. Honneth), ou encore de le mobiliser dans les débats autour de l'autonomie pratique (R. Pippin), ses Principes de la philosophie du droit apparaissent aujourd'hui, malgré les deux siècles qui nous séparent de leur publication, plus que jamais comme d'actualité pour penser la politique dans toute la complexité des dimensions (juridique, morale, éthico-institutionnelle, historique) qui la traversent. La journée d'études organisée à l'Université Libre de Bruxelles le 6 mai 2011 compte résolument s'inscrire dans la lignée de ces diverses tentatives d'actualiser la philosophie hégélienne du droit. Elle réunira des doctorands et des jeunes chercheurs issus de différentes universités belges, dont les interventions, en anglais et en français, porteront sur des aspects “bien connus” (mais peut-être pour cela d'autant plus “mal connus”) de la pensée hégélienne du politique (le droit, l'Etat, la liberté), ainsi que sur des points moins travaillés, comme la famille et le langage. L'objectif sera de discuter les arguments qu'avance Hegel dans le cadre de sa philosophie politique, afin d'en mesurer la pertinence et l'actualité.

Programme
  • 9h 45   Andy Wong Tai Tak (Université de Liège) : Hegel on Family and Politics.
  • 10h 45 Margherita Tonon (Katholieke Universiteit Leuven) : A Hegelian Cure to Modernity’s Malaise in Kierkegaard?
  • 11h 45 John Van Houdt (Universiteit van Tilburg) : Hegel and normative expressivism.
Pause de midi
  • 13h 45 Louis Carré (Université Libre de Bruxelles) : Quel est l' "en soi" de la constitution ? État, constitution et esprit d'un peuple chez Hegel.
  • 14h 45 Julien Herla (Université de Liège) : Hegel est-il un penseur libéral ?
  • 15h 45 Guillaume Lejeune (Université Libre de Bruxelles) : Langage et politique chez Hegel.
  • 16h45 Quentin Person (Facultés Universitaires Saint-Louis / Université Catholique de Louvain-la-Neuve) : Reconnaissance et dessaisissement de soi à Iéna.
Organisation et renseignements:  glejeune@ulb.ac.be lcarre@ulb.ac.be

Université Libre de Bruxelles
Campus du Solbosch, 175, Avenue Roosevelt, 1050 Bruxelles
Faculté de Philosophie et Lettres
Bâtiment NA, Salle NA 4302


4. La Question de la logique dans l’idéalisme allemand 

 Les actes de ce colloque sont maintenant parus chez Olms. www.olms.de/artikel_23582.ahtml

Colloque du 7 au 9 avril 2011 à l'Université Libre de Bruxelles, organisé par Guillaume Lejeune (ULB, FNRS), Marc Maesschalck (UCL, FUSL), Marc Peeters (ULB).

image

Jeudi 7 avril :
10.00 : Introduction/Einleitung.
10.30 :  Marc Peeters (ULB) : Logique et Métaphysique chez Kant.
11.15 : Kaffeepause
11. 30 : Guillaume Lejeune (ULB): Logique et Métacritique.
12.15 : Alessandro Bertinetto (Udine) : The role of image in Fichte’s transcendental logic 
13.00 : Mittagessen
14.30 : Elena Ficara (TU-Berlin) Contradictions and the foundation of Logic in German  Idealism.
15.15 : Andrea Bellantone (Messina) : La  révolution idéaliste : le primat logique du pratique

Vendredi 8 avril
9.45 : Christian Berner (Lille III): Friedrich Schlegel et l’insurrection logique.
10.30 : Kaffeepause
10.45 : Andreas Arndt (HU-Berlin) : Die Logik in Schleiermachers „Dialektik“.
11.30 : Charles Théret (Paris IV) : Les différentes stratégies adoptées par Schelling eu égard à la logique formelle.
12.15 : Mittagessen
13.45 : Jean-Christophe Lemaitre (Toulouse) : La fonction ontologique de la forme logique du jugement infini dans les premiers écrits de Schelling.
14.30 : Lu De Vos (KU-Leuven) : Was ist logisch an Hegels Wissenschaft der Logik ?
15.15 : Volker Peckhaus (Paderborn) Logik und Metaphysik bei Adolph Trendelenburg.
18.30 : Stadtführung/visite du centre.

Samedi 9 avril
9.00 : Jean-Marie Lardic (Nantes) : Logique du sujet et dialectique actionnelle chez Hegel.
9.45 : Cristiana Senigaglia (Trieste/München): Erfahrungen des Widerspruchs : Logische Ansätze in Hegels Phänomenologie des Bewusstseins.
10.30 pause
10.45 : Gilles Marmasse (Paris IV) : Hegel et la question de la substance.
11.30 : Bernard Mabille (Poitiers) : Dasein et tode ti.
12.15 : pause de midi
13.45 : Claire Pagès (Paris X): Logique et critique des mathématiques chez Hegel.
14.30 : Elodie Djordjevic (Paris I) : La logique de l’action chez Hegel.
15.15 : Jean-Michel Pouzin (Troyes) : L’hypothèse de la relecture hégélienne de la réflexion logique kantienne.

Comité scientifique : Christoph Asmuth (TU-Berlin), Bernard Mabille (Poitiers), Marc Maesschalck (UCL, FUSL), Marc Peeters (ULB), Jean-Renaud Seba (ULG)

Colloque organisé dans le cadre de l’ED1 philosophie, du centre de recherches en philosophie (PHI) et du groupe de recherches en ontologie formelle et logique développementale.
Ouvert à tous.
Contact : glejeune@ulb.ac.be

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire